A propos de Whale Watch Kaikoura

Whale Watch est une entreprise axée sur l’écotourisme qui a reçu de nombreuses récompenses. La société est détenue et exploitée par les populations autochtones de Kaikōura, les Ngāti Kuri, une branche de la tribu des Ngāi Tahu, la plus grande tribu Māori vivant sur l’Île du Sud.

Whale Watch a été fondée en 1987 à l’époque où les Māoris subissaient le déclin économique de Kaikōura. Dans ces moments difficiles, les chefs des Ngāti Kuri tels que Billy Solomon ont pensé que les cachalots présents localement pouvaient résoudre les problèmes de chômage de la communauté Māorie. L’histoire raconte que leur ancêtre Paikea fit le voyage vers une nouvelle vie en Nouvelle Zélande sur le dos de la baleine Tohorā. Il a donc semblé opportun aux descendants de Paikea de voyager de nouveau sur le dos du grand mammifère marin vers un avenir plus souriant.

Bill Solomon

Et la suite prouve qu’ils ont eu raison. Les fondateurs Ngāti Kuri de Whale Watch ont hypothéqué leurs maisons afin d’obtenir un prêt pour démarrer leur entreprise. Au début, les passagers voyageaient à bord d’un petit hors-bord gonflable. Puis le bateau gonflable fut remplacé par l’Uruao, un bateau plus grand équipé d’un pont d’observation. Aujourd’hui, Whale Watch possède une flotte de 5 catamarans spécialement conçus pour l’observation des baleines. L’expansion de la flotte de Whale Watch a nécessité la construction d’une marina complète à South Bay. Toutes les excursions d’observation des baleines partent de cette marina.

Grâce au succès phénoménal de Whale Watch. Kaikōura est devenue l’une des destinations touristiques principales de Nouvelle-Zélande, offrant une gamme variée de découvertes des espèces marines. L’entreprise a stimulé les investissements dans de nouvelles infrastructures telles que logements, restaurants, cafés et galeries qui exposent le travail des artistes locaux. Les personnages de Paikea et Tohorā demeurent le symbole de Whale Watch. Ils représentent le lien spirituel qui existe entre le monde des humains et la nature et expriment les opportunités qui s’offrent d’elles-mêmes lorsque la nature est vénérée plutôt qu’exploitée.

Becky Clayton